Dossier Fledermaus reboot

1 - Zenobe Fareday et l'amnésie rétrograde

A tout seigneur, tout honneur, intéressons-nous en premier lieu à l'acteur principal de notre histoire : Zenobe Fareday. Et en particulier à la cervelle de celui-ci.

L'amnésie est un état pathologique aux origines multiples : affection cérébrale ou maladie neurologique, action néfastes de certaines substances sur le cerveau (drogues, médicament, …), traumatisme crânien. Caractérisée par une perte partielle ou complète de la mémoire, elle peut se manifester de façon transitoire ou bien affecter le sujet de façon permanente. Il faut noter qu'elle peut également être brutale ou progressive.
2 grands types d'amnésie sont à considérer :
- l'amnésie rétrograde, l'oubli des souvenirs antérieurs au trauma ou à la maladie
- l'amnésie anterétrograde, postérieure à l'événement pathologique

Bien avant le début du roman, Zenobe Fareday est atteint d'amnésie rétrograde. Dans son cas, celle-ci couvre une période exceptionnellement longue puisqu'elle a purement et simplement effacé le début de son existence. En effet, la plupart du temps, ce type d'amnésie n'est jamais totale et, généralement, les souvenirs les plus anciens sont préservés. Qui plus est, Zenobe Fareday a également oublié ce qui a provoqué son amnésie. Lui ressasse à la place un même écheveau de souvenirs incomplets, entremélé d'images diffuses précédant un trou noir total. C'est justement motivé par la certitude que la clef capable d'ouvrir la porte hermétiquement close se trouve dans la compréhension des événements ayant fait basculer son existence qu'il acceptera de tout abandonner pour tenter la dernière chance promise par le traitement du professeur Ostrup.
Et c'est en le suivant dans sa quête obstinée que vous découvrirez avec lui l'étonnante vérité.




2 - L'amnésie antérograde

Il existe une seconde forme plus rare d'amnésie, particulièrement handicapante pour la vie quotidienne : l'amnésie antérograde.
Une personne atteinte de ce type d'amnésie, couramment qualifiée d'amnésie de fixation, oublie au fur et à mesure ce qu'elle fait, exactement comme si sa mémoire subissait un reset permanent. Basiquement, notre mémoire est un système à deux niveaux.
Une première mémoire à court terme, comme son nom l'indique, nous permet d'enregistrer des informations de manière temporaire. Une sorte de mémoire cache, pour poursuivre l'analogie avec le monde informatique. Celle-ci nous permet, par exemple, d'agir dans la durée, de suivre un raisonnement complexe, de lire un texte sans l'oublier au fur et à mesure.
Seules les informations les plus importantes, dignes d'être conservées, sont ensuite effectivement stockées dans notre seconde mémoire à long terme. Notre véritable disque dur de stockage.
Dans l'amnésie anterétrograde, le transfert d'une mémoire à l'autre n'a plus lieu et rend ainsi impossible l'acquisition de nouveaux souvenirs véritables. Concrètement, l'amnésique qui suit une idée en se concentrant sur celle-ci, perdra aussitôt le fil de sa pensée dès qu'il passera à un autre sujet. Si certains d'entre vous sont cinéphiles, ils se souviennent certainement de Mémento, réalisé en 2000 par Christopher Nolan. Je le conseille à ceux qui ne l'ont pas vu
Dans ce film, le héros interprété par Guy Pearce se trouve dans ce cas de figure et imagine un moyen radical pour suppléer aux déficiences chroniques de sa mémoire : transformer son propre corps en post-it géant, en se faisant tatouer les informations importantes de sorte qu'elles ne s'effacent plus jamais.
Quand au rapport entre cette amnésie si particulière et Fledermaus, je vous laisse le découvrir.




3 - Amnésie et compagnie

Avant Fledermaus, et Fareday, le thème de l'amnésie a été utilisé par de nombreux écrivains et réalisateurs. Voici une liste de quelques-unes de ces oeuvres :

FILMS :
- Le dictateur (1940), de Charlie Chaplin
  Ou le barbier, sosie du dictateur est devenu amnésique lorsqu'il était soldat.

- Mémento (2000), de Christopher Nolan
  Un film au montage étonnant ou le héros est atteint d'amnésie anterograde.

- Mulholland Drive (2001) de David Lynch

- L'homme sans passé (2001), d'Aki Kaurismäki

- La mémoire dans la peau, (2002), de Doug Liman.
  Premier film d'une trilogie autour du personnage de Jason Bourne,
  d'après les romans de Robert Ludlum.


- La mémoire effacée (2004), de Joseph Rubens.

- Un ami parfait (2006), de Francis Girod.


ROMANS
- Rue des boutiques obscures, de Patrick Modiano. (Gallimard)
  Le romancier explorera ce thème dans plusieurs romans.

- Un étranger dans le miroir, d'Anne Perry. (10/18)

- Le démon du passé, de Mary Higgins Clark. (Albin Michel)

- Avant d'aller dormir, de SJ Watson. (Sonatine)

- Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet, d'Antoine Bello. (Gallimard)

BD
- XIII, de Jean van Hamme et William Vance. (Dargaud)
  Bande dessinée devenue culte, dont le premier album, le jour du soleil noir,
  a été publié en 1984. Adaptée depuis en série télévisée.




4 - Musique !

Si un style de musique devait accompagner le roman, ce serait certainement la musique électronique.
Le personnage principal, Zenobe Fareday, est en effet un grand amateur d'électro, genre musical intimement lié à l'informatique, son univers, dont il a vécu l'émergence dans les années soixante et dont il a suivi l'évolution à travers la production de différents groupes. On pourra citer parmi ceux-ci :
- Fad gadget
- Kraftwtek
- Ultravox
- The human league
- Aphex twin
- The normal
- Daft punk
- Jean Michel Jarre
- Ellen Alien
- Hallucinogen
- Vitalic
- Moby
Avec, pour Fareday une attirance particulière pour les compositions de Richard David James, Aphex Twin alias AFX, artiste aux compositions surprenantes et multiples, difficiles à classer dans une catégorie particulière (Ambiant, Braindance, Jungle, …).

Le second personnage du roman a être féru de musique est Luc Ybom.
Lui a grandi au son des groupes rocks anglais et est un grand fan de David Bowie. Il apprécie aussi le jazz et ne dédaigne pas le funk. Dans le livre, il écoute notamment Thélonious Monk et le premier album de Sinclair : "Que justice soit faite" (1993).




5 - Hypnose

Par définition, l'état hypnotique est un état de conscience modifiée distinct du sommeil.
Il nécessite pour être atteint d'être induit par un processus particulier, la plupart du temps contrôlé par un hypnotiseur, même s'il est également possible d'y parvenir par auto-hypnose.
Si un sujet hypnotisé semble dormir, on sait qu'il se trouve - en réalité ? - dans un état éveillé dans lequel il est toujours capable de focaliser son attention. Cette apparente similitude s'explique par l'assimilation fréquente mais erronée des rêves à des visions à caractère hypnotique.
Pratique ancienne, l'hypnose a longtemps été perçue comme une forme de soumission à la volonté d'un hypnotiseur, une image véhiculée par son utilisation dans la prestidigitation, le spectacle et autres pratiques proches de l'occultisme.
De ce fait, l'histoire de l'hypnose, tiraillée entre charlatanisme et explications scientifiques vaseuses, a été émaillée de nombreuses controverses retardant son utilisation à des fins thérapeutiques "sérieuses".
Depuis les premières tentatives de "sommeil magnétique" à la fin du XIXème siècle, l'utilisation de l'hypnothérapie est aujourd'hui envisagée dans de nombreux domaines tel que la sophrologie, la relaxation, la psychanalyse ou encore en tant qu'alternative crédible à l'anesthésie.
Dans Fledermaus, Le professeur Adler Ostrup est censé avoir développé des méthodes d'induction et d'approfondissement de l'état hypnotique spécifiquement destinées au traitement des troubles de la mémoire.
Le neurologue suppose qu'à l'instar d'un disque dur qui contiendrait encore l'essentiel de ses données mais dont on aurait effacé par mégarde la table des matières indispensable à son tri, la plupart des amnésiques conserveraient encore intacte l'essentiel de leur mémoire, seulement privés des moyens d'y accéder. Et de faire le pari que l'état psychique particulier atteint par un sujet hypnotisé doit justement permettre de rétablir ou de créer de nouveaux circuits, suffisamment de liaisons mêmes temporaires, vers cette zone de réclusion autrement définitive.
Dans l'histoire, bien que prometteuse, cette méthode reste encore aléatoire et se heurte à une difficulté majeure : être capable ensuite d'interpréter de façon compréhensible cette masse de données brutes devenue bien souvent incohérente.
Vous découvrirez également comment, encouragé par les conseils éclairés de Darkman, Fareday envisagera grâce à la pratique de la lucidité onirique de contrarier les projets du professeur et de le manipuler à son tour.
Mais il s'agit d'un autre sujet.